images"Si nous accordons à Monsieur Gbagbo ne serait-ce qu'une liberté provisoire, il retourne au pouvoir. Un témoin l'a même confirmé (lequel, entre nous soit dit?). Il a de nombreux sympathisants" à declaré la CPI aujourd'hui 26 octobre 2012 pour justifier le rejet de la demande de liberté provisoire de Laurent GBAGBO.

J'ai choisi expressément ce paragraphe, car je n'arrive pas comprendre vraiment co
mment un Homme aussi populaire peut être reconnu comme quelqu’un qui a perdu les élections dans son pays? selon moi, la CPI est entrain de déclarer ouvertement que c'est ce monsieur qui a gagné les élections présidentielles dans son pays et malgré cela il ne peut être libéré pour des raisons politiques. Alors moi je vous le dis en vérité que si vous attendez une décision juridique pour une éventuelle mise en liberté de GBAGBO, cela risque ne pas être possible.


Nous combattons jour et nuit pour que la démocratie soit la voie idéale qui mène au pouvoir et vous savez qu'en démocratie rien que celui qui est populaire prend le déçu. Alors je ne comprend pas comment reconnaitre un homme comme le plus populaire dans son pays fasse de lui un danger pour son pays. S'il est autant aimé par son peuple comme le déclare la CPI, c'est que son peuple se reconnait en lui et souhaite qu'il soit son président.

J' appel tous les Africains à prendre une position qui ne leur fera pas regretter demain comme par le passé, ne dites pas demain que les blancs ont fais ceci cela, c'est le moment de vous opposer a cette mascarade de justice a deux vitesses, n'acceptez pas ce que vous allez refusé demain. C'est pour l’intérêt de notre continent.

Thierry MBEPGUE
Combattant de la Liberté