Nous sommes arrivés au point où l'on ne parle plus en Afrique Francophone de "opposition-pouvoir" mais plutôt de "pro et anti France". Qu'est ce qui peut bien justifier cela?
Si ce n'est pas un Françafricain soutenu par la France qui est au pouvoir, c'est soit un panafricain, soit un souverainiste, soit un anti-impérialiste ou même encore un nationaliste qui l'est mais cette fois-ci combattu par elle. Dans les deux cas, la France s'est toujours illustrée par une ingérence brutale qui marque son désire de maintenir l'Afrique sous sa domination et de garder le contrôle et la main mise sur les ressources naturelles que regorge notre sous sol. L'opposition dont je parle ici est bel et bien cette opposition nouvelle tendance apparue au lendemain de l’avènement de la démocratie en Afrique et qui est soutenue soit directement par des hommes politiques en France, soit soutenue indirectement par le gouvernement Français via certaines ONG bien connues. Dorénavant donc en Afrique, lorsque vous êtes contre un Françafricain, l'on vous traite d’antifrançais. Lorsque vous êtes contre une opposition soutenu par la France, l'on vous traites d'antifrançais. Lorsque vous soutenez une opposition soutenu par la France ou un dirigeant Françafricain, vous êtes traité de Francophile. Cette nouvelle façon de faire la politique en Afrique Francophone n'a pour seule explication que l'ingérence de la France dans nos affaires, c'est elle qui est en grande partie responsable de nos problèmes en Afrique. Ce pays est la base arrière d'une opposition fabriquée et envoyée en mission de soumission en Afrique, c'est le centre de commandement des leaders corrompus qui sortent de nul part et atterrissent en Afrique avec des plans ou solutions miracles à nos problèmes. Si l'on ne nous parle pas du P.A.S, on nous parlera du plan "VIDRINE", que de stratagèmes pour nous arnaquer.
Ouvrons les yeux et cessons d'être les pions du jeux de dame.

Thierry MBEPGUE - Combattant de la Liberté