herveLors d'un échange sur l'Afrique et ses mystères avec le politologue  Ivoirien le Dr Wazi Guipié, ce dernier en conclusion m'a dit ceci: « Monsieur MBEPGUE, moi je reste sidéré par deux choses: l'immensité  de la science africaine et l'immensité de la méchanceté des africains… »  Cette phrase qui raisonne encore dans ma tête tel un son produit par une masse sur une enclume ne cesse de m’interpeller sur le  philistinisme qui caractérise certains Africains. Notre science est immense, notre méchanceté aussi. L’Haïtien-Ivoirien  Hervé Philippe à travers ce que vous allez lire ci-après va le démontrer. Vous allez enfin comprendre  cette nouvelle forme de trafic d’êtres humains restée jusqu’ici inconnue(les Camerounais appelle cela Moukouagne). Vous allez comprendre pourquoi certaines personnes qui sont pourtant mortes (ce que l’on vous fait croire) et enterrées sont aperçues  plus tard dans d’autres contrés. Vous allez comprendre enfin le stratagème employé par  certaines personnes pour vous faire croire qu’ils ressuscitent des morts.

Hervé Philippe: « Le poison de zombification est une recette secrète transmise de Hougan (prêtre vaudou) en Hougan. Il a été étudié dans ses composants chimiques en occident. Les ingrédients sont connus. C'est le dosage qui reste secret. En gros il est fait avec un certain nombre de plantes et le poison d'un poisson globe (qu'on appelle Froufrou chez nous). Cette drogue a le pouvoir d'amener un homme à tomber dans un état de mort clinique apparente car elle ralentit le système vital à l'extrême un peu comme ces animaux qui entrent en hibernation durant des mois pour échapper à l'hiver (les ours et les marmottes notamment). Le rythme cardiaque est extrêmement faible et espacé ainsi que l'activité cérébrale. Toutefois la victime est consciente et entend tout mais ne peut bouger du fait des principes paralysants de la drogue.

Un individu drogué peut rester des mois, voire des années dans cet état hibernation et être ramené à la vie par un contre-poison du hougan.

Traditionnellement une famille vend un individu à une autre pour en faire un zombie qui travaillera dans les plantations gratuitement. Comment ? Eh bien, le hougan complice fournira le poison au membre de la famille. La victime sera empoisonnée dans sa nourriture et tombera dans l'état de mort. On proclamera sa mort et on ira l'enterrer. Un arrangement sera fait de sorte à laisser passer de l'air dans la tombe et le cercueil de la victime qui continue à respirer. Les funérailles faites, la nuit le hougan aidé de ses apprentis iront déterrer la victime et le contre-poison lui sera administré. Cet état d'hibernation n'est pas sans conséquence pour le cerveau. Il plonge la victime dans une sorte de catatonie qui lui fait oublier sa personnalité et son histoire...il est suggestionnable à souhait et sans volonté propre (d'où l'image hollywoodienne du zombie marchant les bras devant sans âme).

Mon père m'a raconté l'histoire de l'un de ses patients qui pensait qu'il était un esprit de la nuit qui volait car on l'avait suggestionné dans ce sens. Cet individu devait certainement être utilisé pour faire peur dans certaines circonstances.

Puisqu'il a été vendu, il est remis au propriétaire des terres qui réside généralement dans une autre ville éloignée et des ordres sont passés pour qu'il travaille dans les plantations. Le zombie s'exécute sans broncher, sans discuter et sans jamais questionner ou réclamer de salaire. Il est corvéable à merci. C'était la principale raison de la zombification.

Quand un zombie se réveille de sa catatonie pour une raison ou une autre (un choc par exemple), il a besoin de soins spéciaux et de suivi psychologiques et même psychiatriques (mon père est psychiatre).

La mémoire lui revient peu à peu de sa "mort", de son "enterrement" et de presque toute sa vie. Il reste encore un peu comme un légume mais retrouve sa volonté peu à peu. »

Voila qui est bien claire maintenant. après un tel recit, j'ai bien envie de savoir s'il y en a pas autre chose que des Africains cachent aux autres Africains. 

Thierry MBEPGUE - Combattant de la Liberté